Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Citation

   Vous valez ce que vaut votre cœur.
Toute l'histoire de l'humanité est l'histoire du besoin d'aimer et d'être aimé    

St Jean-Paul II

 

 

Que Cherches-Tu ???

/ / /

CHAPITRE V - VOCATION UNIVERSELLE A LA SAINTETE DANS L'EGLISE

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782204070485.jpg


 Introduction

 
39

 L'Eglise, dont le saint Concile présente le mystère, est aux yeux de la foi indéfectiblement sainte. En effet, le Christ, Fils de Dieu, qui, avec le Père et l'Esprit, est proclamé "seul Saint", a aimé l'Eglise comme son épouse, il s'est livré pour elle afin de la sanctifier (cf. Ep 5,25-26), il se l'est unie comme son Corps et l'a comblée du don de l'Esprit-Saint pour la gloire de Dieu. Aussi dans l'Eglise tous, qu'ils appartiennent à la hiérarchie ou qu'ils soient régis par elle, sont appelés à la sainteté selon la parole de l'apôtre: "Oui, ce que Dieu veut c'est votre sanctification" (1Th 4,3 cf. Ep 1,4). Cette sainteté de l'Eglise se manifeste constamment et doit se manifester par les fruits de grâce que l'esprit produit dans les fidèles ; sous toutes sortes de formes elle s'exprime en chacun de ceux qui tendent à la charité parfaite, dans leur ligne propre de vie, en édifiant les autres ; elle apparaît d'une manière caractéristique dans la pratique des conseils qu'on a coutume d'appeler évangéliques. Cette pratique des conseils, assumée sous l'impulsion de l'Esprit-Saint par un grand nombre de chrétiens, soit à titre privé, soit dans une condition ou un état sanctionné par l'Eglise, apporte dans le monde et doit y apporter un lumineux témoignage et exemple de cette sainteté.

 

 L'appel universel à la sainteté
 
40

 Maître divin et modèle de toute perfection, le Seigneur Jésus a enseigné à tous et chacun de ses disciples, quelle que soit leur condition, cette sainteté de vie dont il est à la fois l'initiateur et le consommateur: "Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Mt 5,48). Et en effet en tous il a envoyé son Esprit pour les pousser intérieurement à aimer Dieu de tout leur coeur, de toute leur âme, de toute leur intelligence et de toutes leurs forces (cf. Mc 12,30), et aussi à s'aimer mutuellement comme le Christ les a aimés (cf. Jn 13,34 15,12). Appelés par Dieu, non au titre de leurs oeuvres mais au titre de son dessein et de sa grâce, justifiés en Jésus notre Seigneur, les disciples du Christ sont véritablement devenus dans le baptême de la foi, fils de Dieu, participants de la nature divine et, par conséquent, réellement saints. Cette sanctification qu'ils ont reçue, il leur faut donc, avec la grâce de Dieu, la conserver et l'achever par leur vie. L'apôtre les avertit de vivre "comme il convient à des saints" (Ep 5,3), de revêtir "comme des élus de Dieu saints et bien-aimés, des sentiments de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de longanimité" (Col 3,12), et de porter les fruits de l'Esprit pour leur sanctification (cf. Ga 5,22 Rm 6,22). Cependant comme nous nous rendons tous fautifs en bien des points (cf. Jc 3,2), nous avons constamment besoin de la miséricorde de Dieu et nous devons tous les jours dire dans notre prière: "Pardonne-nous nos offenses" (Mt 6,12).
 Il est donc bien évident pour tous que l'appel à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité s'adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur état ou leur rang ; dans la société terrestre elle-même cette sainteté contribue à promouvoir plus d'humanité dans les conditions d'existence. Les fidèles doivent appliquer les forces qu'ils ont reçues selon la mesure du don du Christ, à obtenir cette perfection, afin que marchant sur ses traces et devenus conformes à son image, accomplissant en tout la volonté du Père, ils soient avec toute leur âme voués à la gloire de Dieu et au service du prochain. Ainsi la sainteté du peuple de Dieu s'épanouira en fruits abondants, comme en témoigne avec éclat l'histoire de l'Eglise par la vie de tant de saints.

 

 

http://www.buddhachannel.tv/portail/local/cache-vignettes/L300xH375/Vatican-II-2-24c5f.jpg

 

Les formes multiples d'exercice de la sainteté
 
41

 Dans les formes diverses de vie et les charges différentes c'est une seule sainteté que cultivent tous ceux que conduit l'Esprit de Dieu et qui, obéissant à la voix du Père et adorant Dieu le Père en esprit et en vérité, marchent à la suite du Christ pauvre, humble et chargé de sa croix, pour mériter de devenir participants de sa gloire. Chacun doit résolument avancer, selon ses propres dons et ressources, par la voie d'une foi vivante qui stimule l'espérance et agit par la charité.
 Ceux qui ont reçu la charge de pasteurs à l'égard du troupeau du Christ doivent tous les premiers, à l'image du grand Prêtre éternel, Pasteur et Evêque de nos âmes, remplir leur ministère dans la sainteté et l'empressement, l'humilité et la force: accompli dans ces conditions, il sera pour eux-mêmes un moyen puissant de sainteté. Ceux qui ont été choisis pour recevoir la plénitude du sacerdoce bénéficient de la grâce sacramentelle pour exercer en perfection la charge de la charité pastorale par la prière, le sacrifice, la prédication, par le soin et le service épiscopal sous toutes ses formes, acceptant sans crainte de donner leur vie pour leurs brebis et devenant un modèle pour leur troupeau (cf. 1P 5,3), aidant enfin l'Eglise par leur exemple à avancer chaque jour en sainteté.
 A la ressemblance de l'Ordre des évêques dont ils constituent la couronne spirituelle, et à la grâce de qui ils participent par le Christ, éternel et unique Médiateur, les prêtres doivent grandir en amour pour Dieu et le prochain par l'exercice quotidien de leur tâche, garder entre eux le lien de la communion sacerdotale, être riches de tous les biens spirituels et offrir à tous un vivant témoignage de Dieu, émules de ces prêtres, qui le long des temps ont laissé, par leur service souvent humble et obscur, un éclatant exemple de sainteté. L'Eglise de Dieu proclame leur louange. Offrant pour leur peuple et pour tout le peuple de Dieu, au titre même de leur charge, la prière et le sacrifice, conscients de ce qu'ils font et se conformant aux mystères qu'ils accomplissent, bien loin d'être entravés par les soucis apostoliques, les périls et les épreuves, ils doivent par là au contraire s'élever à une plus haute sainteté, en cherchant dans l'abondance de la contemplation de quoi nourrir et soutenir leur activité, pour apporter leur encouragement à l'Eglise entière de Dieu. Que tous les prêtres et ceux-là spécialement qui, au titre particulier de leur ordination, portent le nom de prêtres diocésains, se souviennent de ce que leur sainteté peut gagner à leur union fidèle et à leur généreuse coopération avec leur évêque.
 A la mission et à la grâce du Souverain Prêtre participent aussi d'une façon spéciale les ministres de l'Ordre inférieur ; et d'abord les diacres qui doivent, en servant les mystères du Christ et de l'Eglise, se garder purs de tous vices, chercher à plaire à Dieu et à être devant les hommes les instruments de tout le bien possible (cf. 1Tm 3,8-10 3,12-13).Les clercs qui, appelés par Dieu et réservés pour être la part de Dieu, se préparent aux fonctions de ministres sous la vigilance des pasteurs, ont le devoir de mettre leur esprit et leur coeur en accord avec une si haute vocation en se montrant assidus à la prière, fervents en charité, n'ayant de pensée que pour ce qui est vrai, juste et honorable, faisant tout pour la gloire et l'honneur de Dieu. Il faut y ajouter les laïcs choisis par Dieu qui, pour se livrer pleinement aux travaux de l'apostolat, sont appelés par l'évêque et travaillent dans le champ du Seigneur, en y faisant beaucoup de fruit.
 Quant aux époux et aux parents chrétiens il leur faut, en suivant leur propre route, s'aider mutuellement dans la fidélité de l'amour avec l'aide de la grâce tout le long de leur vie et inculquer les vérités chrétiennes et les vertus de l'Evangile aux enfants qu'avec amour ils ont reçus de Dieu. Par là, en effet, ils donnent à tous l'exemple d'un amour inlassable et généreux, ils contribuent à l'édification de la charité fraternelle et apportent leur témoignage et leur coopération à la fécondité de l'Eglise, notre Mère, en signe et participation de l'amour que le Christ a eu pour son Epouse et qui l'a fait se livrer pour elle. Un exemple semblable est donné par les veuves et les célibataires dont le concours peut être de grande valeur pour la sainteté et l'activité dans l'Eglise. Quant à ceux qui se livrent à des travaux souvent pénibles, leur activité d'homme doit les enrichir personnellement, leur permettre d'aider leurs concitoyens et de contribuer à élever le niveau de la société tout entière et de la création, d'imiter enfin, par une charité active, le Christ qui a voulu pratiquer le travail manuel et qui, avec son Père, ne cesse d'agir pour le salut de tous ; qu'ils soient en cela dans une joyeuse espérance, s'aidant mutuellement à porter leurs fardeaux, montant par leur travail quotidien à une sainteté toujours plus haute, sainteté qui sera aussi apostolique.
 Qu'ils se sachent eux aussi unis tout spécialement au Christ souffrant pour le salut du monde, ceux sur qui pèsent la pauvreté, l'infirmité, la maladie, les épreuves diverses, ou qui souffrent persécution pour la justice: le Seigneur dans l'Evangile les a déclarés bienheureux et "le Dieu de toute grâce qui nous a appelés dans le Christ à sa gloire éternelle, après une courte épreuve les rétablira lui-même, les affermira et les rendra inébranlables" (1P 5,10).
 Ainsi donc tous ceux qui croient au Christ iront en se sanctifiant toujours plus dans les conditions, les charges et les circonstances qui sont celles de leur vie et grâce à elles, si cependant ils reçoivent avec foi toutes choses de la main du Père céleste et coopèrent à l'accomplissement de la volonté de Dieu, en faisant paraître aux yeux de tous, dans leur service temporel lui-même, la charité avec laquelle Dieu a aimé le monde.

 

aalivre-Careme-cancres-2010.jpg

 

Voies et moyens de la sainteté
 
42

 "Dieu est charité et celui qui demeure dans la charité demeure en Dieu et Dieu en lui" (1Jn 4,16). Sa charité, Dieu l'a répandue dans nos coeurs par l'Esprit-Saint qui nous a été donné (cf. Rm 5,5). La charité qui nous fait aimer Dieu par-dessus tout et le prochain à cause de lui, est par conséquent le don premier et le plus nécessaire. Mais pour que la charité, comme un bon grain, croisse dans l'âme et fructifie, chaque fidèle doit s'ouvrir volontiers à la parole de Dieu et, avec l'aide de sa grâce, mettre en oeuvre sa volonté, participer fréquemment aux sacrements, surtout à l'Eucharistie, et aux actions liturgiques, s'appliquer avec persévérance à la prière, à l'abnégation de soi-même, au service actif de ses frères et à l'exercice de toutes les vertus. La charité en effet, étant le lien de la perfection et de la plénitude de la loi (cf. Col 3,14 Rm 13,10), dirige tous les moyens de sanctification, leur donne leur âme et les conduit à leur fin. C'est donc la charité envers Dieu et envers le prochain qui marque le véritable disciple du Christ.
 Jésus, le Fils de Dieu, ayant manifesté sa charité en donnant sa vie pour nous, personne ne peut aimer davantage qu'en donnant sa vie pour lui et pour ses frères (cf. 1Jn 3,16 Jn 15,13). A rendre ce témoignage suprême d'amour devant tous et surtout devant les persécuteurs, quelques-uns parmi les chrétiens ont été appelés depuis la première heure, et d'autres y seront sans cesse appelés. C'est pourquoi le martyre dans lequel le disciple est assimilé à son maître, acceptant librement la mort pour le salut du monde, et dans lequel il devient semblable à lui dans l'effusion de son sang, est considéré par l'Eglise comme une grâce éminente et la preuve de la charité. Que si cela n'est donné qu'à un petit nombre, tous cependant doivent être prêts à confesser le Christ devant les hommes et à le suivre sur le chemin de la croix, au milieu des persécutions qui ne manquent jamais à l'Eglise.
 La sainteté de l'Eglise est entretenue spécialement par les conseils multiples que le Seigneur a proposés à l'observation de ses disciples dans l'Evangile. Parmi ces conseils il y a en première place ce don précieux de grâce fait par le Père à certains (cf. Mt 19,11 1Co 7,7) de se consacrer plus facilement et sans partage du coeur à Dieu seul dans la virginité ou le célibat (cf. 1Co 7,32-34). Cette continence parfaite à cause du règne de Dieu a toujours été l'objet de la part de l'Eglise d'un honneur spécial, comme signe et stimulant de la charité et comme une source particulière de fécondité spirituelle dans le monde.
 L'Eglise se remémore l'avertissement de l'apôtre qui provoque les fidèles à la charité et les exhorte à éprouver en eux cela même qui fut dans le Christ, lequel "s'anéantit lui-même prenant condition d'esclave ... se faisant obéissant jusqu'à la mort" ((Ph 2,7-8), et se faisant pour nous "pauvre, de riche qu'il était" (2Co 8,9). L'imitation et le témoignage de cette charité et humilité du Christ s'imposent en vérité aux disciples en permanence ; c'est pourquoi l'Eglise notre Mère se réjouit de ce qu'il se trouve dans son sein en grand nombre des hommes et des femmes pour vouloir suivre de plus près et manifester plus clairement l'anéantissement du Sauveur, en assumant, dans la liberté des fils de Dieu, la pauvreté et en renonçant à leur propre volonté: c'est-à-dire que ces hommes et ces femmes se soumettent en matière de perfection à une créature humaine à cause de Dieu au-delà de la mesure du précepte, afin de se conformer plus pleinement au Christ obéissant.
 Tous les fidèles du Christ sont donc invités et obligés à poursuivre la sainteté et la perfection de leur état. Qu'ils veillent tous à régler comme il faut leurs affections pour que l'usage des choses du monde et un attachement aux richesses contraire à l'esprit de pauvreté évangélique ne les détournent pas de poursuivre la perfection de la charité ; c'est l'avertissement de l'Apôtre: ceux qui usent de ce monde, qu'ils ne s'y arrêtent pas, car la figure de ce monde passe (cf. 1Co 7,31 grec).

Partager cette page

Repost 0
Published by