Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Citation

   Vous valez ce que vaut votre cœur.
Toute l'histoire de l'humanité est l'histoire du besoin d'aimer et d'être aimé    

St Jean-Paul II

 

 

Que Cherches-Tu ???

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c8/Bernhard_von_Clairvaux_%28Initiale-B%29.jpgCe saint est principalement connu pour avoir réformé la vie religieuse.

Né en Bourgogne entre 1090 et 1091, il entre en 1112 à l'abbaye de Citeaux. L'abbaye de Citeaux, fondée en 1098, a la volonté de vivre plus radicalement la règle de saint Benoît, ceci en réponse au monastère de Cluny qui, après avoir connu un grand succès jusqu'à la deuxième moitié du XIème siècle s'est dégradé quant au respect stricte des règles de saint Benoît.

Cela correspond parfaitement à la vocation de saint Bernard, qui veut vivre une rude ascèse monastique.

En 1115, le jeune moine est envoyé avec d'autres moines pour fonder un nouveau monastère cistèrcien à Clairvaux, monastère qui aura beaucoup de succès dès ses débuts.

Saint Bernard se veut défenseur des moines cisterciens (appelés aussi bénédictins blancs) face aux moines clunysiens (ou bénédictins noirs), et écrit une Apologie à cet effet.

 

Durant toute sa vie, il sillonne l'Europe, malgré son attachement à la vie monastique, pour défendre l'Eglise. C'est ainsi que, envoyé par le Pape Eugène III, il prêchera la seconde croisade en 1146. Dans sa défense de l'Eglise, il veut aussi lutter pour sauvegarder l'orthodoxie catholique. C'est ainsi qu'il luttera par exemple contre l'hérésie cathare.

 

Son amour de Dieu et sa très grande dévotion à la sainte Vierge font de saint Bernard un défenseur ardent d'une religion du coeur plus que d'une religion qui comptabiliserait les actions bonnes ou mauvaises.

 

Parmi les grands points de sa spiritualité, on trouve la paix intérieure comme point majeur de sa vie monastique : rien ne doit perturber son rythme de prière. On trouve aussi une véritable volonté de cheminer vers Dieu. C'est ainsi qu'il écrit un traité "de l'Amour de Dieu" (à ne pas confondre avec le "Traité de l'Amour de Dieu" de saint François de Sales), dans lequel il décrit les états mystiques.

 

Il meurt en 1153, laissant de grandes traces, autant sur le plan spirituel (avec de nombreux écrits) que sur le plan monastique (à sa mort, on trouve 500 abbayes cistertiennes).

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 00:00

Saint Pierre Damien (Ravenne 1007 - Faenza 1072) est docteur de l'Eglise.

Dernier enfant d'une famille pauvre, il parvient tout de même à faire de brillantes études et devient tout d'abord enseignant, rhéteur riche et prestigieux.

http://www.virgo-maria.org/images/pedro_damian01.jpgLa rencontre de deux ermites l'amène dans un petit ermitage fondé selon l'idéal de saint Romuald. Il s'y voue à la prière, à l'ascèse, à l'étude des Saintes Écritures, à la contemplation, à la prédication aussi. Son monastère lui demande d'être un maître en exégèse en même temps qu'il est un maître de la vie spirituelle. Il est Nommé prieur à Font-Avellane, ermiatge dédié à la Sainte Croix, où il s'intéressera au mystère chrétien par excellence et y consacrera une grande partie de son oeuvre. Il écrit : "nous devons toujours voir dans la Croix l'acte d'amour suprême de Dieu envers l'homme, source de son salut" 

Il est à cette même époque en relation avec les grands monastères de son époque, comme Cluny ou le Mont-Cassin, alors que l'Église connaît une période difficile où bien des clercs, prêtres et moines, mènent une vie débauchée, en tous cas relâchée. Il est  alors pour eux un exemple d'austérité, austérité que l'on qualifierait même aujourd'hui d'excessive.

En 1057, il est nommé cardinal-évêque d'Ostie et chargé de mission à Milan, Cluny, Francfort... Il soutient les papes dans leur action réformatrice, mais Léon IX est obligé de le tenir à l'écart à cause de bien des évêques. Plus tard, les papes suivants lui donneront d'importantes missions officielles de conciliation et de réform :

 

Il est envoyé comme légat à Milan (1059), en France (1063), à Florence (1063), puis en Germanie (1069). Après avoir remis de l’ordre dans le diocèse de Ravenne, Pierre Damien, terrassé par la fièvre, meurt au monastère Sainte-Marie-des-Anges, à Faenza, le 22 février 1072.

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 19:38

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/StAmbroise/ambroise.jpgCet avocat célèbre avait une si grande personnalité qu'il devint gouverneur de la province de Milan. Il découvre alors Jésus-Christ. Il n'est encore que catéchumène lorsque, de passage dans sa ville, il est élu évêque par acclamation du peuple. Il est alors immédiatement baptisé, ordonné prêtre, consacré évêque en peu de temps. Saint Ambroise est un véritable évêque, soucieux de la rectitude de la foi et de la paix sociale. Ses relations avec les empereurs successifs (qui favorisent tantôt les catholiques, tantôt les hérétiques ariens) sont mouvementées. En 390, l'empereur Théodose fait massacrer toute une partie de la population de Thessalonique pour arrêter des émeutes. Pour cette raison, saint Ambroise lui refusera l'accès de son église à Milan, exigeant qu'il se soumette d'abord à la pénitence publique de l'Église. L'empereur, subjugué, obéit et, après des mois de pénitence, Théodose ne communie plus dans le sanctuaire avec les prêtres (selon le privilège impérial), mais au milieu des laïcs.

Saint Augustin doit, en partie à saint Ambroise, sa conversion, car il épiait ses sermons en cachette, écoutait sa pensée, admirait la parole de ce grand orateur. Saint Ambroise avait un grand souci de belles liturgies. Il introduisit dans l'Église latine l'usage grec de chanter des hymnes qui étaient à la fois des prières, des actions de grâce et des résumés du dogme. Il en composa plusieurs que nous chantons encore aujourd'hui "Aeternae rerum conditor" - "Dieu créateur de toutes choses". 

Saint Ambroise tomba malade, un jour qu'il dictait à Paulin, son diacre, un commentaire sur le psaume LXIII ; un feu lui couvrit la tête en forme de petit bouclier, et de là entra dans sa bouche comme dans sa propre demeure. Alors son visage devint blanc comme la neige et demeura quelque temps dans cette beauté. Il ne put donc achever l'ouvrage qu'il dictait, et bientôt après il tomba malade. Le comte Stilicon qui était le plus puissant dans l'Empire, craignant que la mort d’Ambroise ne causât un notable préjudice à tout l'Occident, lui envoya plusieurs personnes d'honneur pour le porter à demander à Dieu la prolongation de sa vie ; mais il leur dit « Je n'ai pas vécu de telle sorte parmi vous, que j’aie honte de vivre davantage ; mais, d’ailleurs, je ne crains point de mourir, parce que nous avons affaire à un bon maître. » Quatre de ses diacres, s'entretenant dans un coin de sa chambre, pour savoir qui l'on pourrait élire évêque en sa place, vinrent à nommer saint Simplicien. Ils étaient si loin et ils parlaient si bas, qu’il ne pouvait pas les entendre ; cependant, Dieu lui révéla ce qu’ils disaient, et il s'écria : « Il est vieux, mais il est bon. » Simplicien était cet excellent prêtre qui avait été son conseil dhttp://livres-mystiques.com/partieTEXTES/StAmbroise/ambroise_milan.jpgurant tout le temps de son épiscopat, et il fut effectivement mis en sa place après son décès. Saint Bastien, évêque de Todi, le visitait quelquefois dans sa maladie, et un jour qu'il priait auprès de lui, il vit Notre-Seigneur descendre du ciel, s'approcher de son lit et lui faire beaucoup de caresses. Ensuite, la nuit du samedi saint, comme il priait secrètement, les bras étendus en forme de croix, saint Honorat, évêque de Verceil, qui logeait dans une chambre au-dessus de la sienne, entendit par trois fois une voix qui lui disait : « Lève-toi en diligence, il passera bientôt. » Honorat se leva et lui apporta 1e corps adorable de Jésus-Christ, qu'il reçut avec une profonde révérence, et incontinent après, son âme, munie d'un si excellent viatique, se détacha de la prison de son corps pour aller jouir de l'éternité bienheureuse (4 avril 397).

Son corps fut inhumé dans sa cathédrale avec l'honneur dû à la grandeur de ses mérites. Plusieurs eurent des visions qui marquaient la gloire qu'il possédait déjà dans le ciel. Surtout il y en eut qui virent une étoile rayonnante élevée au-dessus de son cercueil. Les démons n’en osaient approcher mais les possédés que l’on y traînait par force, étaient aussitôt délivrés.

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 00:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2d/Jeaneudes.JPG/250px-Jeaneudes.JPGSaint Jean Eudes est né en 1601.

Il fut formé à la société de l'Oratoire de Jésus par Pierre de Bérulle, et ordonné prêtre en 1632 dans sa Normndie natale.

 

Il était très dévoué aux saints Cœurs de Jésus et Marie et eut tout d'abord l'initiative d'une fête mariale pour honorer la source des états intérieurs de la Vierge Marie. Il présentait son cœur, dans lequel Jésus vit et règne, comme le modèle de la vie chrétienne. Il disait même "le cœur de Marie, c'est Jésus".

Mais c'est seulement plus tard, en 1668, qu'il ressent l'importance d'une messe et d'offices liturgiques spécifiques pour le Sacré Cœur de Jésus. Dans la circulaire qu'il envoie pour la demande de la fête, il met en avant que, loin d'être novateur, il avait puisé dans les textes bibliques et dans les traditions cisterciennes et bénedictines, avec saint Bernard, sainte Mechtilde et sainte Gertrude d'Helfta. L'évêque lui donna son accord et saint Jean Eudes put célébrer la première fête du Sacré Cœur de Jésus le 20 octobre 1672.

 

Saint Jean Eudes écrivait de cette fête qu'elle était pour nous une occasion d'aimer le Seigneur "au nom de tous ceux qui ne L'aiment point"... cette affirmation allait être confirmée quelques mois plus tard avec les apparitions de Paray le Monial.

 

Saint Jean Eudes mourut à Caen en 1680.

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 00:00

Saint Claude de la Colombière est un Jésuite né en 1641dans une famille de six enfants dont quatre rentreraient en religion. 

Claude rentre dans la Compagnie de Jésus en 1659. Ordonné en 1669, il devient supérieur de la résidence Jésuite en 1674.

C'est cette même année qu'il devient le Père spirituel de Sainte Marguerite Marie Alacoque.

Il fut le premier à la croire quant aux apparitions du Sacré Coeur. Grand prédicateur, il fut un ardent apôtre de la dévotion au Sacré Coeur.

Il meurt à Paray le Monial en 1682

 

citations

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/56/ClaudedelaColombiere.jpg/200px-ClaudedelaColombiere.jpg

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 12:00

Sainte Marguerite Marie est née le 22 juillet 1647 en Bourgogne.

Dès son enfance, elle montre une grande dévotion envers le Saint-Sacrement : au lieu de jouer avec d'autres enfants, elle préfère aller prier le rosaire et, prenant très tôt conscience de la présence réelle du Christ dans l'Hostie Consacrée, elle aime à prier devant le Saint Sacrement.

 

A l'âge de cinq ans, elle entend parler des voeux religieux, qui la marquent profondément. Elle fait alors sa première consécration à Dieu, disant intérieurement :

"Ô mon Dieu, je vous consacre ma pureté et vous fais voeux de perpétuelle chasteté".

 

La mère de Marguerite Marie voulait marier cette dernière à 'âge de 17 ans, ce qui l'entraina naturellement à prendre part aux activités mondaines. Mais l'appel à la Vie Consacrée ne cessait de raisonner en elle. Une apparition du Christ au retour d'un bal résolut Marguerite Marie dans Son choix : elle rentrerait dans un couvent ! Il lui restait encore à savoir dans lequel elle était appelée.

Alors qu'elle entrait au Monastère de la Visitation de Paray le Monial, une voix intérieure lui dit : "C'est ici que je te veux"

 

Elle entra au monastère de la Visitation le 25 mai 1671, à l'âge (tardif pour l'époque) de 24 ans, sans se douter combien ce que Dieu allait lui demander rejoignait le projet de Saint François de Sales, fondateur de la Visitation. En effet, saint François de Sales avait légué pour blason à ses filles le Sacré Cœur de Jésus, Cœur qui apparaitrait quelques années plus tard à sainte Marguerite Marie.

 

Durant sa vie monastique, sainte Marguerite Marie passe tant de temps dans l'oraison qu'elle en oublie même parfois d'aller manger... la mère supérieure lui demande alors d'aller plus souvent surveiller les animaux.

 

Le 6 novembre 1672, lors de la prononciation de ses vœux, Marguerite Marie s'écrie dans un élan de joie :

"Je suis pour jamais à mon Bien-Aimé.... Tout de Dieu et rien de moi, tout à Dieu et rien à moi, tout pour Dieu et rien pour moi !"

 

 

Malgré les humiliations et mépris de ses sœurs, qui la croyaient folle ou menteuse, Marguerite Marie garda toujours confiance dans le Seigneur.

 

Le 27 décembre 1673, le Christ apparait alors à Marguerite Marie :

" Mon divin Cœur est si passionné d'amour pour les hommes, et pour toi en particulier, que ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu'il les répande par ton moyen".

 

Accompagnée par le Père Jésuite Claude La Colombière, c'est avec son aide et son soutient qu'elle fera connaitre le message du Sacré Coeur révélé par Jésus, tout d'abord à ses soeurs qui la prennent finalement au sérieux, puis par le monde entier.

 

A la fin de sa vie, malade, elle ne cessait de répéter :

"Ce que j'ai dans le Ciel et ce qe je désire sur la terre, c'est Toi seul; ô mon Dieu"

Elle meurt le 17 octobre 1690, à l'âge de 43 ans, laissant le message du Sacré Coeur se répendre par toute la terre, qui Lui sera consacrée par le Pape Léon XIII en 1899.

 

Sainte Marguerite Marie fut béatifiée en 1864 par le Pape Pie IX, puis canonisée en 1920 par le Pape Benoit XV.

 

 

 

Repost 0
Published by nanou912 - dans Vies de Saints
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 14:36

Aujourd'hui, nous fêtons le mystère de l'Assomption de Marie ! En cette occasion, voici un texte de saint Jean Damascène sur la Dormition (ancien nom donné au mystère de l'Assomption) de Marie.

 

DEUXIEME HOMELIE SUR LA DORMITION
 
DEUXIEME DISCOURS SUR L'ILLUSTRE DORMITION. DE LA TOUTE SAINTE ET TOUJOURS VIERGE MARIE

 

Il n'est entre les hommes personne qui puisse célébrer dignement la migration sacrée de la Mère de Dieu, quand même il aurait mille langues et mille bouches. Que dis-je ? Les langues de tous les hommes dispersés, fussent-elles réunies, ne parviendraient pas à exprimer les louanges qui lui conviennent. Car elle est au-dessus de toute loi du genre laudatif. Mais puisque l'offrande est chère à Dieu, qui est faite selon nos forces, par amour, par zèle et par une volonté droite, et que ceci est cher à la Mère de Dieu qui est cher et agréable à son Fils, entreprenons encore une fois ses louanges, pour obéir à vos ordres, pasteurs excellents et très aimés de Dieu, après avoir appelé à notre aide le Verbe qui s'est incarné par elle, qui remplit toute bouche s'ouvrant vers lui , et qui seul fut son ornement et son éloge souverainement glorieux. Nous savons qu'en commençant seshttp://catholicisme.c.a.pic.centerblog.net/c7t0r6jw.gif louanges, nous acquittons notre dette, et qu'après l'avoir acquittée, nous sommes encore ses débiteurs :  ainsi la dette demeure, toujours renouvelée à mesure qu'elle est acquittée. Puisse nous être propice celle que nous célébrons, elle qui surpasse toutes les créatures et qui domine toutes les œuvres divines, comme Mère de Dieu, du Créateur et du Démiurge, du Maître universel.

[...] Ô Parole de Dieu, sois toi-même mon auxiliaire et mon secours : fais éloquente ma pensée sans éloquence ; ouvre à ma parole une carrière unie et dirige sa course vers ton bon plaisir, auquel tendent toute parole et toute pensée du sage.
 
I. LA MERE DE DIEU DEVAIT TRIOMPHER DE LA MORT.
La mort ne peut retenir la Théotokos , ciel vivant et trésor de la vie
 
Aujourd'hui la sainte et l'unique Vierge est amenée au temple hypercosmique et céleste, elle qui a brûlé d'une telle ardeur pour la virginité, qu'elle fut transformée en elle comme en un feu très pur. Toute vierge perd sa virginité en enfantant, mais celle-ci, vierge avant l'enfantement, demeure vierge en enfantant et après la naissance.
 
Aujourd'hui l'arche sacrée et vivante du Dieu vivant, celle qui a porté dans son sein son Auteur, se repose dans le temple du Seigneur non fait de main d'homme, et David, son ancêtre et l'ancêtre de Dieu, exulte ; et les anges mènent leurs chœurs avec lui, les archanges applaudissent, les Vertus rendent gloire, les Principautés avec lui tressaillent, les Dominations jubilent, les Puissances se réjouissent, les Trônes sont entheotokos01.jpg fête, les Chérubins chantent des louanges, les Séraphins proclament : " Gloire ! ". Car ce n'est point pour eux une faible gloire que de glorifier la Mère de la Gloire. Aujourd'hui la colombe toute sacrée, ? l'âme pure et innocente, consacrée par l'Esprit divin, ? envolée de l'arche, je veux dire de son corps, réceptacle de Dieu et source de vie, a trouvé " où reposer ses pieds " : elle est partie pour le monde intelligible, et s'est établie sur la terre sans tache de l'héritage d'en haut. Aujourd'hui, l'Eden du nouvel Adam accueille le paradis spirituel, où la condamnation est effacée, où l'arbre de vie est planté, où fut recouverte notre nudité. Car nous ne sommes plus nus et sans vêtements, privés de l'éclat de la divine image, et dépouillés de la grâce abondante de l'Esprit. Nous ne déplorons plus l'antique nudité, en disant : " J'ai quitté ma tunique, comment la remettrai-je ? ". Car dans ce paradis le serpent n'eut pas d'entrée, lui dont nous avons convoité la divinisation mensongère, ce qui nous a valu de ressembler au bétail sans raison. Le Fils unique de Dieu en personne, qui est Dieu et consubstantiel au Père, de cette Vierge et de cette terre pure s'est lui-même façonné une nature humaine ". Et je suis devenu dieu, moi qui suis homme ; mortel, je suis immortalisé ; j'ai dépouillé les tuniques de peau : j'ai rejeté le manteau de la corruption, je me suis couvert du vêtement de la divinité. Aujourd'hui la Vierge sans tache, qui n'a pas entretenu d'affections terrestres, mais s'est nourrie des pensées du ciel, n'est pas retournée à la terre " ; comme elle est en réalité un ciel vivant, elle est placée dans les tentes célestes. Qui donc en effet manquerait à la vérité en l'appelant un ciel ? A moins de dire peut-être, avec justesse et intelligence, qu'elle dépasse les cieux mêmes par d'incomparables privilèges. Car celui qui a construit les cieux et qui les contient, l'artisan de toute la création cosmique et hypercosmique, visible et invisible, qui n'est dans aucun lieu, parce qu'il est lui-même le lieu de tous les êtres ? puisque le lieu, par définition, contient ce qui est en lui ? s'est fait lui-même en elle petit enfant, sans semence humaine : il a fait d'elle la spacieuse demeure de sa divinité qui remplit tout, unique et sans limites ; tout entier ramassé en elle sans s'amoindrir, et demeurant tout entier en dehors, étant à soi-même son lieu infini. Aujourd'hui le trésor de la vie, l'abîme de la grâce ? je ne sais comment m'exprimer de mes lèvres audacieuses et intrépides ? entre dans l'ombre d'une mort porteuse de vie ; sans crainte elle s'en approche, elle qui a engendré son destructeur, si toutefois il est permis d'appeler mort son départ plein de sainteté et de vie. Car celle qui pour tous fut la source de la vraie vie, comment tomberait-elle au pouvoir de la mort ? Mais elle obéit à la loi établie par son propre enfant, et comme fille du vieil Adam, elle acquitte la dette paternelle, puisque son Fils même, qui est la vie en personne, ne l'a pas reniée ". Mais comme Mère du Dieu vivant, il est juste qu'elle soit emportée auprès de lui. Car si Dieu a dit : " De peur que l'homme ", le premier créé, " n'étende la main, ne cueille de l'arbre de vie, n'en goûte et ne vive pour la durée des temps ... ", comment celle qui a reçu la vie elle-même, sans principe et sans terme, affranchie des limites du commencement et de la fin, ne vivrait-elle pas pour la durée illimitée ?
 
Eve et Marie devant la mort.
 
 

Mary_Head.jpg

 

Jadis, le Seigneur Dieu frappa les auteurs de la race mortelle, qui s'étaient gorgés du vin de la désobéissance, avaient assoupi le regard de leur cœur par l'ivresse de la transgression, appesanti les yeux de leur esprit par l'intempérance du péché, et s'étaient endormis d'un sommeil de mort ; il les exila et les chassa du Paradis d'Eden. Mais ici, celle qui a repoussé tout mouvement de passion, qui a produit le germe de l'obéissance à Dieu et au Père, l'initiatrice de la vie pour la race entière, le Paradis ne la recevra-t-il pas ? Oui, n'en doutons pas. Eve, qui prêta l'oreille au message du serpent, qui écouta la suggestion de l'ennemi, dont les sens goûtèrent le charme du plaisir mensonger et trompeur, emporte une sentence de tristesse et d'affliction ; elle subit les douleurs de l'enfantement, elle est condamnée à la mort avec Adam et reléguée aux profondeurs de l'Hadès. Mais celle-ci, la toute heureuse en vérité, qui s'inclina docile à la parole de Dieu, fut remplie de la force de l'Esprit et reçut dans son sein, à l'assurance de l'archange, celui qui était la bienveillance paternelle, elle qui, sans volupté et sans union humaine, conçut la Personne du Verbe de Dieu qui remplit tout, elle qui enfanta sans les douleurs naturelles, elle qui fut unie à Dieu dans tout son être, comment la mort pourrait-elle l'engloutir ? l'Hadès se fermer sur elle ? Comment la corruption oserait-elle s'en prendre au corps qui a contenu la vie ? Toutes choses qui répugnent et sont absolument étrangères à l'âme et au corps qui ont porté Dieu.

Repost 0
Published by nanou912 - dans Théologie
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 00:00

Que vous nous aimez, ô Coeur de Jésus ! Il ne Vous a pas suffi de contenir tous les hommes, tous ces homme si ingrats, pendant toute votre vie, vous avez encore voulu leur être ouvert et être bless pour eux après votre mort ; vous avez voulu porter éternellement cette blessure comme signe de votre amour, comme signe que votre Coeur est toujours ouvert à tous les vivants, et toujours prêt à les recevoir, à leur pardonner, à les aimer. Par cette blessure béante, vous appelez tous les hommes à croire à votre amour, à avoir confiance en lui, à venir à vous, si souillés qu'ils soient.

 

 

http://p1.storage.canalblog.com/17/55/249840/59580460.jpg

Bienheureux Charles de Foucault

 

La révélation de cette vérité du Sacré-Cœur de Jésus, c'est la révélation de l'amour de Dieu pour nous. Nous ne sommes pas délaissés, oubliés, seuls, sur la voie de la Croix, sur la voix que suit Jésus ; nous y avons un Cœur qui nous aime, nous y sommes aimés, on y aime à chaque instant...

Repost 0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 00:00

Ô Cœur de Jésus, trésor de tendresse,
C'est toi mon bonheur, mon unique espoir !
Tu sus bénir ma jeunesse
Reste auprès de moi jusqu'au dernier soir

C'est en Ta bonté toujours infinie
Que je veux me perdre, ô Cœur de Jésus !

En Ton Cœur Sacré, Jésus, je me cache,
Je ne tremble pas : ma vertu, c'est Toi !

Mon âme exilée, en quittant la vie,
Voudrait faire un acte de pur amour,
Et puis s'envolant au Ciel, Sa patrie
Entrer dans Ton Cœur sans aucun détour !

 

sainte_therese.jpg

 

Sommeiller sur Son Cœur, tout près de Son Visage, voilà mon Ciel à moi

Repost 0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 00:00

Si le monde connaissait la beauté de Jésus, s'il savait combien son Cœur est brûlant d'amour pour nous, il ne pourrait s'empécher de l'aimer. Quelle folie de vouloir mettre des bornes à l'infinie Miséricorde de Dieu !

 

Sainte Madeleine-Sophie Barat

 

http://3.bp.blogspot.com/_Ps-prBdN2Ns/ShsypFX5XLI/AAAAAAAAAEo/XKzj3enUOAE/s400/St.+Madeleine+Sophie+Barat.jpg

Repost 0